Bienvenue sur EcophytoPIC :

Vous êtes ici

En région

Retrouvez les recommandations et les Bulletins de Santé du Végétal (BSV) de votre région

Alternatives au glyphosate pour le nettoyage des parcelles reverdies avant semis de la culture suivante

Retour

Synthèse


Actualité publiée le : 03/12/2018 Culture : Grande Culture Geco : Réaliser des faux-semis pendant l'interculture Geco : - Répartir les labours dans la rotation Geco : - Implanter des espèces gélives en interculture Geco : - Implanter des cultures intermédiaires pièges à nitrates Geco : - Implanter des cultures intermédiaires à effet allélopathique ou biocide - biofumigation Geco :

Nettoyer une parcelle avant un semis

Le travail du sol, avec ou sans retournement, en préparation du sol pour le semis de la culture, est l’alternative principale au glyphosate pour cet usage. Il peut, selon les cas, nécessiter un ou plusieurs passages d’outils supplémentaires par rapport à l’itinéraire technique avec glyphosate, ou la modification de la séquence temporelle des interventions, avec positionnement de la dernière intervention peu de temps avant le semis (voire au moment du semis avec un outil de travail du sol et semis combiné).

Bien connu, le labour peut répondre à cette problématique car il permet d’enfouir les végétaux et les graines de la couche superficielle du sol. Le labour fait l’objet d’une fiche technique GECO « Labourer et répartir les labours dans la rotation ».

Attention, le labour peut aussi faire ressortir en surface des graines d’adventices conservées dans le sol. Ces adventices peuvent alors germer sur le labour (labours d’hiver reverdis les hivers doux). Le labour peut aussi parfois avoir mal enfoui des couverts ou adventices à détruire. La reprise de labour en vue de préparer le lit de semences de la culture peut être un moyen également de détruire mécaniquement ces adventices. Le fort dénivellement d’un sol labouré permet en général de très bonnes destructions des adventices, notamment les relevées après le labour. Il faut cependant être vigilant avec ces préparations à rester cohérent avec les objectifs d’installation des cultures : veiller à ne pas dessécher le lit de semences, limiter la création de terre excessivement fine en sol limoneux ou en pente...

En situation non labourée, la destruction des adventices est plus délicate. Elle dépend des outils utilisés, des adventices (espèce et stade) et des conditions climatiques. Ce sont notamment les graminées développées (stades début tallage à mi-montaison) qui sont les plus difficiles à détruire, notamment en période hivernale (faible évapo-transpiration). Ces destructions sont ainsi assez aisées en été ou fin de printemps mais complexe d’octobre à mars (à nuancer selon la région et l’année). Sur adventices développées en période humide, seul un travail sans labour mais profond qui mélange intensément les couches de sol (cultivateur) aura une efficacité acceptable. Il faut cependant veiller à rester cohérent avec les objectifs d’installation des cultures : veiller à ne pas dessécher le lit de semences, limiter la création de terre excessivement fine en sol limoneux ou en pente…

Fiche technique GECO « Réaliser des faux-semis pendant l'interculture »

Pour la destruction des faux-semis ou des adventices et repousses en général, le recours au désherbage mécanique est privilégié. La destruction mécanique peut se faire grâce aux outils de types vibrodéchaumeur, cultivateurs à dents et à disques. L'article réussir machinisme Choisir entre 7 types de déchaumeurs présente les caractéristiques et les fonctions agronomiques de ces outils. En complément, l'article Arvalis-Institut du végétal Le déchaumage : une opération pour gérer l'interculture présente plus précisément cette technique.

 

Tableau de classification des outils pour réaliser des faux-semis et des destructions d'adventices. Ces données ont été obtenues en période séchante sur des repousses de blés développées. Source : Arvalis-Institut du végétal

Implanter des couverts végétaux en interculture

L’implantation de couverts végétaux en interculture permet de lutter contre les adventices de la parcelle par effet de concurrence et d’étouffement. Le choix des espèces à implanter se fait selon la nature de la culture suivante et des services recherchés avec ce couvert (CIPAN, engrais vert, culture dérobée…). Dans la lutte contre les adventices, les mélanges d’espèces dans les couverts sont privilégiés, permettant une meilleure couverture de sol et un meilleur développement du couvert. Aussi, certaines espèces possèdent des propriétés allélopathiques intéressantes (seigle, sarrasin, avoine…), inhibant la germination ou la croissance de certaines adventices. L'implantation de couverts fait l’objet de plusieurs fiches techniques GECO :

« Implanter des cultures intermédiaires à effet allélopathique ou biocide - biofumigation »

« Implanter des cultures intemédiaires pièges à nitrates »

« Implanter des espèces gélives en intercultures »

Si le couvert est peu développé ou hétérogène dans son développement, il n’aura pas pu concurrencer correctement les adventices ou repousses de céréales. Celles-ci seront développées au moment de détruire le couvert alors que cette opération se fait généralement en période humide (novembre à mars). Cette situation peut être assez critique à gérer en l’absence de labour.

La destruction des couverts sans glyphosate fait l'objet d'un article synthèse sur ce Centre de ressources.